Skip to main contentAccess keys helpA-Z index
BBCAfrique.com
  • Aide
  • Version texte
Haoussa
Arabe
Grands Lacs
Afrique lusophone
Somali
Swahili
l'anglais
 
Dernière mise à jour: 30 Décembre, 2007 - Heure de publication 13:28 GMT
 
Envoyez le texte à un ami   Version imprimable
Zimbabwe : files d'attente et pénuries monstres en 2007
 
Le Zimbabwe attend impatiemment 2008.
2007 restera dans les mémoires comme l'année des records d'inflation, des files d'attente devant les magasins vides et des pénuries monstres.

" L’année 2007 a été un désastre total", résume Calisto Jokonya le président de la Confédération des industries du Zimbabwe.

"Aucune des politiques mises en place, que ce soit par la Banque centrale ou le ministère des Finances, n'a fonctionné.

L'inflation s'est envolée, les marchandises ont disparu des magasins et l'argent liquide s'est évaporé. C'était l'année des files d'attente", dit-il

Des coupures du dollar zimbabwéen
Le Zimbabwe connaît une sévère pénurie d'argent liquide

Il y a un an, quand il avait présenté son budget au Parlement, le ministre des Finances de l'époque, Herbert Murerwa, avait assuré que le taux d'inflation, alors de 1.000%, chuterait à 400% d'ici septembre.

Quelques semaines plus tard, il était limogé et ses promesses ont fait long feu: en septembre le taux officiel d'inflation battait un record mondial à près de 8.000%.

Depuis, ce taux a probablement enfoncé de nouveaux plafonds, mais aucune statistique officielle n'a été donnée, faute de produits de référence dans les rayons des supermarchés.

La désagrégation de l'économie zimbabwéenne, autrefois un modèle en Afrique, a été particulièrement patente en juin, quand le gouvernement a tenté de maîtriser la flambée des prix de manière autoritaire, en ordonnant aux commerçants de geler leurs prix.

N'arrivant plus à couvrir leurs frais, plusieurs usines ont alors fermé.

Le gouverneur de la Banque centrale, Gideon Gono, a ensuite reconnu que cette opération - mise en place avec le soutien des forces de l'ordre - n'avait apporté que de l'anarchie. "A quoi servent des produits pas chers s'ils ne sont pas disponibles ?", avait-t-il lancé en octobre.

L'assouplissement progressif de la mesure aurait pu remplir les rayons, mais un autre problème a surgi: une pénurie d'argent liquide.

Face à la limitation des retraits bancaires, les files d'attente se sont allongées devant les guichets et les distributeurs automatiques.

Pressions régionales

En 2007, "il a fallu une bonne dose de dextérité financière pour survivre", a écrit Martin Tarusenga, consultant pour une entreprise technologique, dans
l'hebdomadaire Zimbabwe Independent.

"Il est surprenant que de nombreuses entreprises aient réussi à tenir tout au long de 2007" s’est il exclamé.

Dans le même temps, la crise politique s’est accentuée en mars, quand le chef du principal parti d'opposition, Morgan Tsvangirai du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a été passé tabac par les forces de l'ordre.

Critiqué par les Occidentaux, le président Mugabe, 83 ans, dont 27 au pouvoir, leur a conseillé d'aller "se faire voir" et a lancé que l'opposition "l'avait bien cherché".

Robert Mugabe a cependant plié sous les pressions régionales.

Il a accepté à contre-coeur la nomination du président sud-africain Thabo Mbeki comme médiateur entre son parti, l'Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique (Zanu-PF) et le MDC.

 Des camions anti-emeutes de la police
Les manifestations de l'opposition ont toujours été sévèrement reprimées

Après des débuts difficiles, ce dialogue a donné quelques signes encourageants, comme la signature d'un accord sur les élections générales de 2008 ou laréforme de lois répressives sur la sécurité et la police.

Début décembre, dans son discours sur l'état de la Nation, Robert Mugabe - qui vient d'être officiellement investi par son parti pour briguer un sixième mandat lors du scrutin de 2008 - a reconnu que "la nuit des essais et des tribulations avait été longue".

Pour Nelson Chamisa, le porte-parole du MDC, l'année 2007 a été "traumatisante", mais 2008 pourrait être pire si Mugabe est réélu.

"2008 sera une année décisive. On ne pourra plus parler de pays, si le Zimbabwe passe une année de plus sous ce régime." conclut il.

 
 
A VOIR AUSSI
 
 
Envoyez le texte à un ami   Version imprimable
 
  Notre équipe|Fréquences
 
BBC Copyright Logo
 
^^ Retour en haut de page
  Page d'accueil | Nos Dossiers | Forum | Météo
 
  BBC News >> | BBC Sport >> | BBC Weather >> | BBC World Service >> | BBC Languages >>
 
  Aide | Protection de vos données personnelles| Pour nous joindre