Skip to main contentAccess keys helpA-Z index
BBCAfrique.com
  • Aide
  • Version texte
Haoussa
Arabe
Grands Lacs
Afrique lusophone
Somali
Swahili
l'anglais
 
Dernière mise à jour:
 
Envoyez le texte à un ami Version imprimable
Afrique du Sud: l'appel de Schabir Shaik rejeté
 

 
 
Schabir Shaik
Le verdict du procès est un coup dur pour Jacob Zuma, selon des observateurs.
Un tribunal a rejeté l'appel de l'homme d'affaire Schabir Shaik qui avait fait appel d'un jugement l'ayant condamné l'année dernière à 15 ans de prison.

La condamnation de cet ancien conseiller financier de l’ex vice-président Jacob Zuma avait été à l'origine du limogeage de ce dernier.

La cour avait estimé que celui qui aspirait à succéder au président Mbeki, était impliqué dans les magouilles de son conseiller.

"A la lumière des preuves, nous avons trouvé que le paiement était de l’argent destiné à corrompre et influencer Mr Zuma à prendre des décisions qui vont contre ses pouvoirs constitutionnels et protéger les intérets de monsieur Shaik et ceux de ses compagnies", peut-on lire dans l'énoncé du verdict.

Le précédent jugement, qui avait condamné monsieur Shaik, s’était basé sur des documents, notamment des fax, prouvant que le conseiller de Jacob Zuma avait demandé et obtenu de l’argent de la compagnie d’armement française Thomson/CSF Thales, pour le compte de monsieur Zuma. Jacob Zuma présidait alors une commission qui attribuait des marchés d’armement de plusieurs milliers de milliards de CFA.

Jacob Zuma
Jacob Zuma affirme qu’il s’agit d’une machination politique contre lui.

48 heures après la condamnation de Schabir Shaik, en juin 2005, le président Mbeki avait décidé de se séparer de celui qui était présenté comme son successeur naturel, pour "préserver la crédibilité des institutions".

Le limogeage de Jacob Zuma allait, cependant, provoqué une crise au sein de l’ANC au pouvoir, divisant le parti en pro-Mbeki et pro-Zuma. L’ancien vice-président de la République, qui démeure le numéro deux du Congrès National Africain, a toujours déclaré qu’il s’agit d’une machination pour mettre fin à ses ambitions politiques.

Les quelques 100 millions de CFA que l’homme d’affaire lui a remis, et dont la justice a trouvé des preuves, "c’est un prêt", ont toujours soutenu monsieur Zuma et son ancien conseiller financier.

Le rejet de l’appel prononcé aujourd’hui est sans nul doute indirectement un sérieux coup pour monsieur Zuma.

La cour a, en effet, clairement indiqué qu’elle retient les preuves de ce que l’homme d’affaire a remis de l’argent à l’ancien vice-président dans l’intention de l’influencer.

Un tribunal avait, il y a quelques semaines, rejeté les charges contre l’ancien numéro deux du gouvernement dans cette même affaire de corruption, notamment pour s’élever contre les méthodes de l’accusation, mais le parquet général avait indiqué attendre le verdict de l’appel de Schabir Shaik, pour introduire d’autres poursuites contre monsieur Zuma pour les mêmes charges de corruption.

 
 
A VOIR AUSSI
 
 
Envoyez le texte à un ami Version imprimable
 
  Notre équipe|Fréquences
 
BBC Copyright Logo
 
^^ Retour en haut de page
  Page d'accueil | Nos Dossiers | Forum | Météo
 
  BBC News >> | BBC Sport >> | BBC Weather >> | BBC World Service >> | BBC Languages >>
 
  Aide | Protection de vos données personnelles| Pour nous joindre