http://www.bbcfrench.com

20 Avril, 2010 - Heure de publication 14:58 GMT

Dix nouvelles données sur l'Afrique

Une nouvelle étude sur les attitudes vis-à-vis de la religion et de la moralité en Afrique vient d'être rendue publique par un institut de sondage américain, le Pew Research Center.

Quelque 25000 personnes ont été sondées dans 19 pays à travers le continent et il ressort que beaucoup d'Africains ont la foi, mais les points de vue divergent au sujet de phénomènes comme la consommation d'alcool, le divorce ou la polygamie.

Les principales conclusions du rapport sont présentées ci-dessous:

1 - 75% des Sud-Africains estiment que la polygamie est "moralement répréhensible": une mauvaise nouvelle pour leur président, Jacob Zuma, qui a pris une troisième épouse au début de l'année et qui est fiancé à une quatrième. Toutefois, le sondage révèle quelques contradictions. Tandis que seuls 7% des Rwandais, hommes et femmes confondus, approuvent la polygamie, un nombre plus important d'hommes (17%) disent avoir plus d'une épouse.

2 - Une majorité écrasante de personnes sondées désapprouvent les comportements homosexuels. Dans trois pays - la Zambie, le Kenya et le Cameroun - c'est le cas de pas moins de 98% des personnes sondées. Il est intéressant de constater que l'Ouganda est l'un des pays qui comptent les nombres les plus élevés de personnes (11%) qui acceptent les homosexuels, alors que dans ce pays, un député a déposé un projet de loi qui, s'il était adopté, punirait les actes homosexuels par la prison à vie et même par la peine de mort, dans certains cas. La Guinée-Bissau et le Mozambique sont également relativement tolérants en matière d'homosexualité.

3 - L'Afrique est probablement le continent le plus pieux: plus de 80% des personnes sondées disent croire en Dieu dans la plupart des pays. Au moins la moitié des chrétiens sondés s'attendent à ce que Jésus Christ revienne sur terre de leur vivant. En Ethiopie, 74% des chrétiens disent avoir assisté à des exorcismes ou en avoir fait l'objet et au Ghana, 40% des chrétiens disent avoir eu une révélation divine directe. Environ la moitié de tous les musulmans s'attendent à voir la réunification du monde musulman sous un seul dirigeant, ou calife, de leur vivant.

4 - Le Zimbabwe, où l'ethnie Lemba dit être une des tribus perdues d'Israël, ne figurait pas parmi les pays dans lesquels le sondage a été réalisé. Mais 26% des chrétiens au Nigeria disent avoir des ancêtres venus d'Israël ou de Palestine.

5 - Beaucoup croient aussi à la sorcellerie, environ 40%; un pourcentage comparable consultent aussi des guérisseurs traditionnels pour guérir une maladie. C'est en Tanzanie que l'on croit le plus à la sorcellerie (93%), un pays où des sorciers affirment que les potions magiques sont plus efficaces si elles contiennent des parties de corps humain prélevées sur des albinos. C'est en Ethiopie que l'on croit le moins à la sorcellerie (17%). On croit aussi moins que le juju ou les objets sacrés peuvent empêcher des événements malheureux de se produire (entre 20 et 30%). Au Sénégal, toutefois, 75% y croient, beaucoup plus qu'en Tanzanie (49%). Etonnamment, peut-être, c'est l'Afrique du sud qui compte le nombre le plus élevé de personnes (52%) qui disent avoir pris part à des cérémonies animistes ou honoré leurs ancêtres.

6 - On aurait pu s'y attendre: les avis sont partagés au sujet de la consommation d'alcool, interdite par l'islam. Ce qui est plus étonnant, en revanche, c'est que davantage de musulmans au Tchad (23%) approuvent l'alcool que de chrétiens en Ethiopie (5%). Pour ceux qui connaissent bien l'Ethiopie, ce chiffre est particulièrement surprenant: ils indiquent en effet que, traditionnellement, les prélats de l'Eglise orthodoxe sont accueillis avec de la bière à base de miel quand ils se rendent chez les fidèles. Peut-être que le mot "alcool" a été compris dans le sens d'"alcool fort" par certaines personnes sondées?

7 - Les attitudes par rapport au divorce divergent fortement en fonction de l'appartenance religieuse, au Nigeria. Pas moins de 79% des chrétiens estiment qu'il est "moralement répréhensible", tandis que chez les musulmans, une petite majorité (46-41%) acceptent le divorce.

8 - Ces dernières années, des islamistes en Somalie et au Nigeria ont adopté des châtiments stricts fondés sur la Charia, comme l'amputation des mains des voleurs et même la mort par lapidation pour adultère. La majorité des personnes désapprouvent de tels châtiments en vertu de la Charia. Au Nigeria, ils sont approuvés par environ 40% des musulmans et moins de 10% des chrétiens. Toutefois, une majorité approuvent les coups de fouet et les amputations au Sénégal et au Mali. En Guinée-Bissau voisine, même 50% des chrétiens les approuvent, soit deux fois plus que dans la communauté musulmane en Ethiopie (25%). Peut-être que cette perspective leur semble plus réaliste étant donné qu'ils ont une frontière avec la Somalie et que la plupart des Ethiopiens musulmans appartiennent à l'ethnie somali.

9 - L'étude comprenait aussi des questions sur le confort matériel sur le continent le plus pauvre du monde. Il n'y a pas si longtemps, le Cameroun arrivait en tête des sondages sur la consommation de champagne par habitant. Toutefois, pas moins de 71% des Camerounais interrogés affirment qu'au cours de l'année écoulée, il leur est arrivé de ne pas avoir suffisamment d'argent pour acheter à manger. En Ethiopie, un pays que beaucoup considèrent comme ayant du mal à se nourrir, le taux était beaucoup plus bas (30%), le plus bas de tous les pays qui ont pris part à l'enquête.

10 - Mais l'Ethiopie a le nombre le moins élevé de personnes (7%) qui disent utiliser régulièrement internet. Le président rwandais, Paul Kagamé, s'efforce de faire de son pays la Silicon Valley de l'Afrique et il est aidé en cela par l'arrivée des câbles à fibre optique posés au large de la côte est de l'Afrique. Il sera probablement encouragé par cette conclusion: 30% de ses concitoyens (le plus grand nombre) surfent régulièrement sur le net. Les téléphones portables sont beaucoup plus répandus: 81% des sondés au Botswana en possèdent un. Dans de nombreux pays, plus de 50% des personnes sondées disent avoir un portable, tandis qu'au Rwanda, ce chiffre n'est que de 35%.