Ebola: Emirates suspend ses vols

  • 2 août 2014
Il n'existe aucun vaccin connu à l'heure actuelle pour le virus Ebola. La maladie est mortelle dans 6 cas sur 10.

La compagnie Fly Emirates ne va plus deservir les lignes Conakry, Freetown et Monrovia.

Une décision annoncée au lendemain d'une sortie de l'OMS qui a dénoncé le refus des compagnies de messagerie de transporter l'échantillon du premier cas mortel du virus d'Ebola détecté à Lagos, au Nigeria.

La propagation éventuelle du virus à d'autres pays est dans les esprits: le président américain a annoncé que certains participants au sommet Afrique-Etats Unis de la semaine prochaine à Washington allaient devoir subir des examens médicaux avant d'entrer sur le territoire américain

Mesures régionales

En fin de semaine, un sommet a réuni à Conakry plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest concernés par l'épidémie du virus Ebola.

Des mesure sont été prises: la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia vont établir un cordon sanitaire autour du foyer de l'épidémie, situé à la frontière entre les trois pays.

De plus, les centres de santé dans ces trois pays de la Mano River Union vont pouvoir être mis en quarantaine par les forces de l'ordre.

Dans son plan national de riposte, le Liberia a aussi décidé de fermer des lieux publics.

Au Libéria et en Sierra Leone, des mesures de restrictions des déplacements et des rassemblement public ont été mises en place.

La sensibilisation et la communication vont également être renforcées, pour pousser les malades et leur famille à se tourner vers les centres de santé en cas de symtômes.