Soudan du Sud : exode de la faim

Outre les conflits qui ravagent le pays, c'est l'insécurité alimentaire qui menace désormais la population sud-soudanaise
Outre les conflits qui ravagent le pays, c'est l'insécurité alimentaire qui menace désormais la population sud-soudanaise

L'organisation Médecins Sans Frontières a publié un rapport concernant les conditions de vie déplorables de 140 000 réfugiés sud-soudanais qui vivent dans le camp de Gambella, en Ethiopie.

Selon l'ONG, les conditions de vie sont extrêmement difficiles, certaines personnes n'ont que des bâches en plastique pour s'abriter, d'autres n'ont pas suffisamment de nourriture, d'eau ni d'accès aux services sanitaires.

Juba, la capitale, fêtait hier l'anniversaire de son indépendance, trois ans après une sécession qui aura mis fin à un conflit de plusieurs décennies.

"En mai, beaucoup de sud-soudanais quittaient leur pays pour fuir les violences, c'est désormais le manque de nourriture qui les chasse à partir", expliquait le docteur Natalie Roberts, coordinateur médical MSF à Gambella.

"J'ai fui parce que je ne voulais plus entendre de coups de feu. Il y avait la guerre partout", a précisé un fonctionnaire sud-soudanais réfugié au camp.

D'après ce rapport, le taux de malnutrition infantile au camp est au-dessus des seuils d'urgence et les équipes craignent de voir le taux de mortalité augmenter en raison d'une forte augmentation des épidémies qui surviennent au cours de la saison des pluies.

Plus d’un million de personnes ont fui leur maison depuis le début des combats en décembre 2013
Plus d’un million de personnes ont fui leur maison depuis le début des combats

Fin juin, entre 600 et 800 réfugiés arrivaient chaque jour au camp de Gambella à la recherche d'un asile et de nourriture. Cela représente 100 à 300 personnes de plus par jour depuis le début du conflit au Soudan du Sud.

Dans ce contexte, la malnutrition est un grave problème et les enfants, les plus vulnérables aux maladies, contractent des infections respiratoires, la diarrhée ou encore le paludisme, voire le choléra.

Opposant depuis le 15 décembre l'armée du président Salva Kiir aux forces rebelles de son ancien vice-président Riek Machar, le conflit a chassé de leur foyer 1,5 million de Sud-Soudanais et fait des milliers de morts. Plus de 6 mois après le début des combats, le Soudan du Sud est aujourd'hui menacé par une grave crise alimentaire.