Ethiopie : 9 manifestants tués

  • 2 mai 2014
Oromia state
La région d'Oromia, dans le sud de l'Ethiopie

Au moins neuf étudiants ont été tués au cours de manifestations dans plusieurs villes de la région d'Oromia, dans le sud de l'Ethiopie, annonce le gouvernement d'Addis Abeba.

Cependant, un témoin a déclaré à la BBC que 47 personnes avaient été tuées par les forces de sécurité.

Les manifestations à Ambo, 125 kilomètres à l'ouest d'Addis-Abeba, ont commencé vendredi dernier.

Elles concernent les plans d'expansion de la capitale dans l'état d'Oromia.

Le gouvernement ne donne aucune précision sur les circonstances de ces décès, mais le témoin affirme qu'elle a vu l'armée tirer et qu'il y avait plus de 20 corps dans les rues. "Je me cache dans ma maison parce que je suis effrayé", explique-t-elle.

Les émeutes ont entraîné la mort de quatre étudiants lundi et de 43 autres mardi, à la suite d'une immense opération de sécurité.

Depuis lors, les rues de la ville sont désertes, les banques et les magasins sont fermés et il n'y a plus aucun de transport.

Dans un communiqué, le gouvernement a déclaré que huit personnes avaient été tuées lors de manifestations violentes menées par des "forces anti-paix" dans les villes de Ambo et Tokeekutayu, ainsi qu'à l'Université Meda Welabu.

Hewete Haileselassie, analyste de l'Ethiopie à BBC Africa, met en cause la violente répression de la police contre certains étudiants d'ethnie Oromo et Amhara qui protestent contre l'accaparement des terres par le gouvernement central.