BBC navigation

Zimbabwe: l'UE lève quelques sanctions

Dernière mise à jour: 18 février, 2014 - 00:57 GMT

Le président Mugabe reste visé par des sanctions de l'Union Européenne

L'Union Européenne a levé ses sanctions imposées contre des dignitaires du régime zimabwéen.

Elle les a toutefois maintenues contre le président Robert Mugabé et sa femme.

Cette décision est loin de réjouir les autorités d'Hararé, qui souhaitent que toutes les restrictions soient levées.

Cette politique d'assouplissement après les élections contestées de l'année dernière reste donc prudente.

Les 28 membres de l'Union Européenne avait imposé ces sanctions pour violation des droits de l'homme et absence de démocratie.

Les sanctions se sont graduellement allégées ces dernières années pour encourager les réformes politiques.

Les ministres doivent prendre aujourd'hui des décisions censées ouvrir la voie à la reprise directe de l'aide au développement au gouvernement zimbabwéen à partir de 2015.

L'institution avait jusque là préféré travailler avec les organisations non gouvernementales.

Les nouvelles décisions prises par l'Union Européenne ont été mal accueillies par un porte parole de la Zanu Pf, le parti de Robert Mugabé.

Rugaré Gumbo a indiqué à l'agence Reuters qu'ils n'acceptaient pas ces demi-concessions et que son pays voulait une levée totale et irrévocable des sanctions.

Il a expliqué que l'Union Europénne ne peut garder le président Mugabé sur sa liste de sanctions en ajoutant que le Zimbabwé était ouvert aux discussions avec l'Union, mais qu'elle devrait lever toutes les restrictions.

Robert Mugabé aurait 90 ans vendredi prochain et dirige le Zimbabwé depuis les indépendances en 1980.

Il s'en prend souvent aux Etats Unis et à la Grande Bretagne qu'il a accusé en septembre dernier de vouloir contrôler ses ressources et son peuple.

Les pays membres de l'Union Europénne sont divisés sur la marche à suivre après les élections au cours desquelles Robert Mugabé a été déclaré vainqueur.

Elections que les observateurs de l'Union Africaine ont qualifié de libre, mais contestées par l'opposition.

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.