Un otage français libéré au Nigeria

  • 17 novembre 2013
Des combattants du groupe Ansaru, qui  détenait le Français Collomp au Nigeria
Des combattants du groupe Ansaru, qui détenait le Français Collomp au Nigeria

L’ingénieur français Francis Collomp, pris en otage dans le Nord du Nigeria depuis décembre 2012, a été libéré, a annoncé le président François Hollande.

M. Collomp, 63 ans, travaillait dans un programme d’énergie éolienne, dans l’Etat de Katsina (Nigeria). Il avait été pris en otage par des éléments du groupe islamiste Ansaru.

L’otage a eu l’occasion de s’échapper lors d’une opération militaire menée par l’armée nigériane contre des combattants de Boko Haram, un groupe islamiste armé, a confié à l’AFP une source non identifiée.

Ansaru, qui est lié à Boko Haram, a dit l’avoir pris en otage, en représailles de l’intervention militaire que préparait la France à l’époque au Mali.

"Pour leur action décisive, nous exprimons toute notre gratitude aux autorités nigérianes, avec lesquelles la France a travaillé en étroite collaboration" en vue de la libération de Francis Collomp, a affirmé M. Hollande dans une déclaration.

Sept Français vivent encore en otage

"Cette nouvelle longtemps attendue ne nous fait pas oublier nos sept compatriotes qui sont encore détenus en Syrie, au Mali et au Nigeria. La France continuera à travailler sans relâche, en vue de leur libération", a-t-il ajouté.

François Hollande dit avoir demandé au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius de se rendre immédiatement au Nigeria, pour recevoir Francis Collomp.

Georges Vandenbeusch, un prêtre catholique français, a été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi par des hommes armés, dans la paroisse de Nguetchewe, au Nord-est de Yaoundé, la capitale du Cameroun.

Vendredi, Boko Haram a revendiqué l’enlèvement de M. Vandenbeusch, qui a été pris par ses ravisseurs à une trentaine de kilomètres du Nigeria. "Il a sûrement été emmené vers le Nigeria", a dit M. Hollande.