3 explosions en 2 jours à Antananarivo

  • 7 septembre 2013
Une patrouille de police à Antananarivo
Une patrouille de police à Antananarivo

Une troisième bombe artisanale a explosé vendredi soir sans faire de blessés, après le désamorçage d'une bombe devant l'institut français et un attentat jeudi, revendiqué par un groupe nationaliste.

"Cette troisiéme bombe a été jetée par des personnes sur deux scooters selon des témoins", a indiqué un commandant de la gendarmerie nationale.

Le colonel Rakotomahanina soupçonne un groupe d'une dizaine de personnes, "d'anciens poseurs de bombes de 2009 et 2010 qui ont été relâchés et amnistiés et qui recommencent".

Le dernier incident s'est produit sur la principale avenue d'Antananarivo.

Un engin explosif avait été déposé devant le centre culturel français jeudi soir, mais découvert à temps, il avait été désamorcé par la police.

Des individus non identifiés se faisant appeler "défenseurs de la souveraineté nationale" ont revendiqué ces attaques dans un message électronique adressé à plusieurs missions diplomatiques installées à Antananarivo.

Pour l'instant, la police refuse de parler d'un avertissement adressé à la communauté internationale accusée, par les auteurs du message électronique, de trop s'ingérer dans la vie politique malgache.

Le premier tour de l'élection présidentielle pour laquelle les principaux protagonistes de la crise, Andry Rojoelina, Didier Ratsiraka et Lalao Ravalomana, ont été écartés par un tribunal spécial des élections, est prévu le 25 octobre 2013.

Lire plus