Afrique du sud: fin de la grève

  • 6 septembre 2013
Le NUM le syndicat majoritaire dans les mines d'or a signé un accord avec le patronat sur les augmentations de salaires.
Le NUM le syndicat majoritaire dans les mines d'or a signé un accord avec le patronat sur les augmentations de salaires.

Le travail dans les mines d'or a largement repris vendredi après un accord sur des augmentations modérées. La grève qui a débuté mardi soir dans ce secteur clef de l'économie est presque terminee.

La production d'or reste un secteur stratégique de l'économie sud-africaine, représentant 10% de ses recettes à l'exportation et 3% de son produit intérieur brut.

La plupart des mineurs ont accepté une hausse moyenne des salaires de 8%.

Le NUM, le syndicat majoritaire dans les mines d'or qui avait appelé à l'arrêt de la production, continue de consulter ses membres et de discuter avec ses sections.

Mais, selon le NUM, les mineurs de 4 sociétés sur les 7 représentées par la Chambre des mines ont décidé de valider la dernière proposition du patronnat:

entre 7 et demi et 8% de revalorisation salariale, soit un peu au-dessus du niveau de l'inflation avec effet retroactif au 1er juillet.

Ils ont obtenu la promesse de voir leurs salaires revalorisés avec l'inflation au 1er juillet 2014.

Par ailleurs, les mineurs ont obtenu une allocation logement d'environ 150 euros.

On est loin des 60% de hausse revendiqués au départ, voire des 150% réclamés par Amcu le syndicat rival.

Dans plusieurs mines, les salariés qui exigent des augmentations plus importantes et n'ont pas accepté cette offre.

En particulier dans les puits gérés par Harmony dans le Free State dans le centre du pays et dans la province du Northern Cape.

Le syndicat bataille pour rester majoritaire dans les mines d'or face à son rival, le syndicat AMCU, devenu plus représentatif dans les mines de platine après des grèves sauvages qui avaient dégénéré en violences l'an passé dans le bassin minier de Rustenburg.

Mais il est difficile de dire si le mouvement éclair a été massivement suivi comme l'a affirmé le NUM, pour lequel l'enjeu était de ramener la base des mineurs dans le giron des négociations collectives.

L'Afrique du sud qui était le premier producteur d'or en 2007 n'est plus que le quatrième aujourd'hui.