Les mineurs sud-africains en grève

  • 4 septembre 2013
 Des grévistes des mines d’or à Carletonville
Des grévistes des mines d’or à Carletonville

Quelque 80.000 mineurs d'or sud-africains ont entamé une grève pour réclamer une augmentation des salaires mais leur syndicat a considérablement revu à la baisse ses exigences.

Le Syndicat national des mineurs (NUM) demande maintenant une augmentation de 10%, alors qu’il exigeait antérieurement jusqu'à 60% pour certains travailleurs.

Les travailleurs ont rejeté la semaine dernière une offre d'une hausse de 6% - le même que le taux actuelle d'inflation annuelle.

L'industrie de l'or de l'Afrique du Sud est l'une des plus grandes dans le monde.

Mais elle a connu un déclin au cours des dernières années, tandis que le secteur du platine se remet encore des violences lors des grèves de l'année dernière.

La ministre des Mines, Susan Shabangu, a déclaré qu’une grève prolongée aurait un impact négatif sur l'économie et que les deux parties dans le conflit devaient «trouver rapidement un terrain d’attente".

La grève des mineurs d'or pourrait coûter à l’Afrique du Sud plus de 30 millions de dollars par jour en perte de production.

Les propriétaires de mines ont prévenu que la grève pourrait conduire à la fermeture des mines d’or et à la perte de milliers d'emplois, à la suite de la chute du prix de l'or.

Ils disent que leurs coûts de production ont augmenté, vu qu’ils ont eu à creuser toujours plus profond pour extraire l'or.