Kenya: quitter la CPI ?

  • 3 septembre 2013
Le vice-président kenyan William Ruto
Le vice-président kenyan William Ruto

Le parlement kenyan a été rappelé pour une session extraordinaire jeudi pour débattre d‘une motion concernant l’éventuel retrait du Kenya du Statut de Rome sur le Cour pénale internationale.

Le procès du vice-président kenyan William Ruto et de son co-accusé, le journaliste Joshua arap Sang s’ouvre le 10 Septembre devant la CPI.

Ils sont poursuivis pour crimes contre l’humanité.

Le procès du chef de l’Etat, Uhuru Kenyatta doit s’ouvrir le 12 Novembre.

Les trois hommes sont jugés pour leurs responsabilités présumés dans les violences post-électorales de 2007.

Uhuru Kenyatta et William Ruto étaient dans des camps opposés en 2007, mais ils ont formé une coalition en vue des élections de Mars derniers qu’ils ont remportées haut la main.

Leur coalition Jubilee étant majoritaire au parlement, la motion de retrait risque d’être adoptée.

Le Kenya serait ainsi le premier pays à se retirer du statut de Rome.

Mais la CPI a indiqué que même si le Kenya choisissait cette voie, cela n’aurait aucune conséquence sur les procès à venir.

Un porte-parole de la CPI, Fadi El Abdallah a indiqué que le retrait ne devient effectif que 12 mois après le dépôt de la notification devant le secrétaire général de l’ONU.

"Se retirer du Statut de Rome n'a aucun impact sur les affaires déjà ouvertes, cela n'affecte pas les enquêtes, les procédures ou les procès qui ont déjà commencés", a-t-il précisé.

La CPI a été ratifiée par 121 pays, dont 34 en Afrique.