Hosni Moubarak bientôt libéré?

  • 19 août 2013
L'ex-président égyptien Hosni Moubarak, entouré de ses deux fils lors d'une audience de son procès.
L'ex-président égyptien Hosni Moubarak, entouré de ses deux fils lors d'une audience de son procès.

L'ancien président égyptien Hosni Moubarak a été remis en liberté conditionnelle dans l'attente d'un procès dans une affaire de corruption mais il reste détenu pour un dernier chef d'inculpation, de sources judiciaires.

Selon l'avocat de l'ancien chef de l'Etat égyptien, Hosni Moubarak, âgé de 85 ans, pourrait être remis en liberté dans peu de temps.

Il faut en effet que le défenseur de l'ancien raïs fasse appel dans une quatrième affaire de corruption pour obtenir la libération de son client.

A l'appui de son argumentaire, l'avocat se fonde sur le fait qu'Hosni Moubarak a remboursé 450 000 euros qu'il avait indûment perçu sous forme de cadeaux offerts par le ministère de l'information.

Depuis avril, l'ex-président avait obtenu d'être libéré sous dans condition dans le cadre de deux autres affaires, l'une pour corruption et l'autre pour meutre de manifestants, au motif qu'il avait dépassé la durée maximale de détention préventive.

Moubarak et son ancien ministre de l'Intérieur Habib el-Adli, tous deux poursuivis avec six autres responsables des services de sécurité du régime, n'étaient pas présents dans le box grillagé de la cour criminelle.

Un premier procès avait abouti en juin 2012 à une condamnation à la réclusion à perpétuité de l'ex-chef d'Etat, mais la Cour de cassation, estimant qu'il avait eu vice de forme, a ordonné un nouveau procès qui a commencé le 11 mai.

La prochaine audience a été fixée au 25 août.

Près de 850 personnes avaient été tuées lors de la répression sanglante d'une série de manifestations contre le régime début 2011.

Certes il n'est pas rare de voir les procès pour corruption se terminer par un acquittement.

Ainsi en a-t-il été de plusieurs figures de proue du régime Moubarak comme le tout puissant ministre de l'information d'alors, Safwat el-Cherif.

Ces procès se terminent le plus souvent par des arrangements financiers qui se font sous forme de récupération auprès de certaines banques étrangères qui durant les procès avaient gelé des comptes litigieux.

Dans le cas de procès pour meurtres de manifestants pacifiques, ce sera sans doute une toute autre affaire.

Et rien ne dit qu'Hosni Moubarak sera remis en liberté même si la durée maximale de préventive pour cette affaire a expirée.

Lire plus