Egypte: Obama sous le feu des critiques

  • 16 août 2013
Le président américain Barack Obama

De nombreux sénateurs et la presse américaine ont sévèrement critiqué Barack Obama pour n'avoir pas suspendu l'aide militaire à l'Egypte après le bain de sang au Caire.

Au Congres, John McCain, l'ancien rival républicain de Barack Obama aux présidentielles de 2008, réclamait la suspension de l'aide militaire avant même les violences de mercredi, mais jeudi soir, il a accuse le ministre des Affaires Etrangères John Kerry d'avoir contribue a la détérioration de la situation en Egypte en ayant déclare le mois dernier que le renversement de Mohamed Morsi par l'armée allait « rétablir la démocratie » en Egypte.

De son cote, le sénateur républicain de Rand Paul appelle Barack Obama à « suivre la loi » américaine qui prévoit la suspension de l'aide militaire en cas de coup d'Etat dans le pays bénéficiaire du soutien des Etats-Unis. « Le président Obama dit qu'il 'condamne la violence en Egypte', mais l'aide américaine continue de contribuer à financer cette violence », déplore le sénateur Paul.

Des amis démocrates du président Obama sont également scandalises. « Tant que nous n'obtiendrons pas l'assurance que l'aide américaine est utilisée pour aider le peuple égyptien, il n'y a aucune raison de la continuer », lance ainsi Loretta Sanchez, une députée démocrate de Californie.

Quant au sénateur Patrick Leahy, le démocrate de gauche qui préside la commission judiciaire, il emboite le pas au Républicain Rand Paul en estimant que la loi américaine « est claire » et que « l'aide a l'Egypte doit cesser jusqu'à ce que la démocratie soir rétablie dans ce pays ».

La presse américaine est, elle aussi, favorable a l'arrêt de l'aide militaire américaine a l'Egypte. C'est le cas du New York Times et du Washington Post, les deux quotidiens américains les plus influents. C'est aussi le cas de journaux aussi différents sur le plan politique que le Los Angeles Times, un journal situe sur l'aile gauche de Barack Obama, ou le Washington Times, un quotidien ultra-conservateur.

Chaque année, les Etats-Unis accordent a l'Egypte une aide de 1,5 milliard de dollars, la plupart sous forme d'assistance militaire. Depuis 1948, l'Egypte a ainsi reçu plus de 70 milliards de dollars du gouvernement américain.

Jusqu'à présent, les milieux politiques américains considéraient cette aide comme une sorte de police d'assurance permettant de maintenir l'accord de paix que l'Egypte a signe avec Israël.

En juillet, une motion déposée par le sénateur Paul qui visait à suspendre l'aide américaine à l'Egypte n'avait pu recueillir que 13 voix sur les 100 membres du Senat. Mais depuis, l'escalade de la violence en Egypte, l'utilisation d'équipement militaire américain par l'armée égyptienne dans ses actions de répression, ainsi que le manque d'influence des Etats-Unis sur le gouvernement Morsi, puis sur le gouvernement intérimaire, amènent de plus en plus d'élus américains et d'Américains ordinaires a exiger la suspension, voire, l'arrêt pur et simple de l'aide américaine a l'Egypte.