Au moins 70 morts en Egypte

  • 27 juillet 2013
Un manifestant blessé au cours d'affrontements entre partisans de Morsi et les forces de sécurité à Nasr City, banlieue du Caire.
Un manifestant blessé au cours d'affrontements entre partisans de Morsi et les forces de sécurité à Nasr City, banlieue du Caire.

Les forces de sécurité ont tué par balles au moins 70 partisans du président déchu Mohamed Morsi, tôt samedi, affirme la confrérie des Frères musulmans.

Son porte-parole, Gehad el-Haddad, a déclaré que la police avait ouvert le feu peu avant la prière matinale, non loin de la mosquée de Rabba al-Adawiya, où les partisans de Mohamed Morsi organisaient un sit-in permanent depuis la reprise en main du pays par l'armée il y a plus de trois semaine.

"Ils ne tirent pas pour blesser mais pour tuer", soutient-il.

Le bilan pourrait être plus élevé selon lui.

La télévision qatarie, al-Jazeera, donne un bilan de 120 morts et d'environ 4 500 blessés.

Les partisans et opposants de Morsi, incarcéré depuis le coup d'Etat, avaient appelé à manifester massivement dans tout le pays vendredi.

Le chef d'état-major, le général Abdel Fattah al-Sisi, qui a joué un rôle déterminant dans le coup qui a chassé du pouvoir Mohamed Morsi, devenu très impopulaire, avait lancé un appel aux Egyptiens à descendre dans la rue afin de lui donner un mandat "pour lutter contre les violences et le terrorisme."

Le ministre de la défense et vice-premier ministre dans le nouveau gouvernement a été entendu puisque plusieurs centaines de milliers d'Egyptiens ont participé à des rassemblements dans toute l'Egypte.

Vendredi le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, avait déclaré qu'il serait bientôt mis fin légalement au sit-in des pro-Morsi autour de la mosquée de Rabba al-Adawiya.

Les Occidentaux sont de plus en plus inquiets par la tournure des événements dans le pays arable le plus peuplé.

Jeudi il a été annoncé que Morsi devra répondre de charges de complot avec un groupe étranger, en l'occurence le Hamas, qui aurait participé à l'attaque d'une prison où il était incarcéré au début du soulèvement populaire contre le président Moubarak.

Plusieurs détenus et gardiens avaient été tués et des soldats enlevés.

Lire plus