Cameroun: sommet sur la piraterie

  • 24 juin 2013
Les Etats africains ont besoin de soutiens de l'Onu pour lutter contre la piraterie.
Les Etats africains ont besoin de soutiens de l'Onu pour lutter contre la piraterie.

Un sommet s'est ouvert à Yaoundé lundi sur la sécurité maritime dans le golf de Guinée, devenue l'une des régions du monde les plus affectées par la piraterie.

La multiplication des actes de piraterie, devenus plus nombreux qu'au large des côtes somaliennes, pèse de plus en plus sur l'économie des pays riverains.

Une vingtaine de chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest et du Centre participent à la rencontre.

En application d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, les Etats de la CEDEAO et de la CEEAC ont été invités à mettre en place une stratégie régionale et collégiale pour lutter contre la piraterie maritime et les vols à main armée dans les eaux territoriales.

Abou Moussa, représentant du Secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale, a souligné le rôle moteur de l'organisation internationale pour coordonner les actions des pays concernés, notamment par un soutien technique, financier et logistique.

Selon le rapport annuel du Bureau maritime international (BMI) en 2012, 966 marins ont été victimes d'attaques dans le golfe de Guinée.

Le coût des marchandises volées (notamment du pétrole), par les pirates est estimé entre 34 et 101 millions de dollars.

Le président du Bénin Yayi Boni a estimé à 70 pc les pertes subies par le port de Cotonou.