Bozizé accuse le Tchad

  • 3 avril 2013
François Bozizé
François Bozizé

Alors que s’ouvre ce mercredi à Ndjaména au Tchad, un sommet extraordinaire des dirigeants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale sur la crise en République Centrafricaine, le président déchu, François Bozizé sort de son mutisme et exige « le retour à la légalité constitutionnelle ».

Dans une interview exclusive accordée au correspondant de la BBC à Yaoundé au Cameroun, où il s’est exilé, il accuse le Tchad, son ancien allié d’avoir aidé les rebelles à le renverser.

François Bozizé se défend aussi d’avoir violé les accords de Libreville signé le 11 janvier dernier, et qui était censé mettre fin à la crise après que les rebelles ont repris les armes en fin d’année dernière.

L’accord prévoyait un cessez-le feu entre le pouvoir de François Bozizé et la rébellion ainsi que le maintien au pouvoir de ce dernier.

Outre les chefs d’Etat de l’Afrique centrale, le sommet verra la participation du président béninois Yayi Boni et celui d’Afrique du sud Jacob Zuma.

Le président sud-africain est vivement critiqué dans son pays après le décès de treize soldats sud-africains lors de l’offensive des rebelles de la Séléka sur la capitale centrafricaine.

Le nouvel homme fort de Bangui, Michel Djotodia ne sera pas présent à Ndjaména, mais on notera la participation du premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye.