Mort de trois djihadistes à Tombouctou

  • 1 avril 2013
Les opérations de ratissage se poursuivent à Tombouctou pour débusquer les djihadistes.

Au moins trois djihadistes ont été tués lundi à Tombouctou dans un bâtiment public où ils s’étaient réfugiés et qui a été détruit par des soldats maliens et français lors d’opérations de ratissage.

Les soldats maliens ont fouillé les maisons à Tombouctou ce lundi, après que des rebelles islamistes se soient infiltrés au nord de la ville.

D’après le correspondant de la BBC présent sur place, plusieurs rebelles djihadistes sont toujours cachés dans la ville, où la tension est forte.

Les habitants de Tombouctou restent barricadés dans leurs habitations et seulement quelques magasins ont ouvert ce lundi à la suite des affrontements du week-end.

Tout a commencé dans la nuit de samedi à dimanche lorsqu’un kamikaze en voiture a tenté de de franchir un barrage militaire à l’une des entrée de Tombouctou. Il s’est tué en actionnant sa ceinture d’explosifs blessant un militaire malien.

Profitant de la confusion provoquée par l’explosion, d’autres islamistes se sont infiltrés dans la ville où l’armée malienne a lancé dimanche matin des opérations pour les débusquer, sollicitant l’appui d’une unité de l’armée française.

Des sources militaires maliennes affirment que les soldats balayaient la ville pour s'assurer qu'il ne reste plus de combattants rebelles.

Un général de l'armée malienne a déclaré à la BBC qu'au moins 8 combattants islamistes avaient été tués, ainsi qu'un soldat malien.

La mort des trois djihadistes porte au moins à dix le nombre de personnes tuées à Tombouctou depuis l’attentat-suicide qui s’est produit ce week-end.

Le ratissage se concentre sur le camp militaire et la mosquée historique de Djingareyber, dans le centre-ville.