Poursuite du conclave au Vatican

  • 12 mars 2013
Les cardinaux autour du baldaquin du Bernin, qui se trouve au-dessus du tombeau de Saint Pierre.

Les cardinaux poursuivent pour la deuxième journée consécutive, leurs travaux en vue de l'élection du nouveau Pape, qui devra remplacer Benoît XVI.

Hier mardi, les travaux n'ont pas été sanctionnés par le nom du nouveau Pape, ce qui explique la fumée noire au terme de cette journée inaugurale du conclave.

Plusieurs milliers de fidèles avaient afflué tôt le matin sur la célèbre place de la Basilique Saint Pierre.

Dans la basilique, le cardinal Sodano a exhorté les cardinaux à "travailler tous ensemble pour construire l'unité de l'Eglise" et à "coopérer avec le successeur de Pierre".

Il a cité un épître de Saint-Paul: "Ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, soutenez-vous les uns les autres avec amour".

A la fin de la messe, les cardinaux sont repartis de la basilique en procession.

Auparavant, les princes de l'Église ont emménagé à la Maison Sainte-Marthe, un ancien hospice situé derrière la basilique où ils habiteront jusqu'à l'élection du nouveau chef de l'Eglise catholique et universelle qui compte 1,2 milliard de fidèles dans le monde.

Dans l'après-midi, les cardinaux partiront en procession, au chant de la litanie des Saints, jusqu'à la Chapelle Sixtine, peinte par Michel-Ange.

Là, chacun d'eux devra, la main posée sur l'Évangile, "jurer de garder le secret absolu sur tout ce qui concerne directement ou indirectement les votes et les scrutins pour l'élection du souverain pontife".

Selon un rituel hérité du Moyen-Age, les portes seront ensuite fermées "à clé" (d'où l'origine du nom de "Conclave").

Quatre scrutins sont prévus chaque jour, deux en matinée et deux l'après-midi.

Tous les bulletins seront brûlés en fin de journée pour effacer toute trace de scrutins très secrets dont les cardinaux ne peuvent faire état.

Grâce à l'adjonction de fumigènes, s'échappera une fumée noire si aucun pape n'est élu, blanche en cas d'élection.

Selon les vaticanistes, et sauf surprise, le conclave qui s'ouvre devrait être court, de deux à quatre jours au maximum.

Le prochain pape aura pour tâche première de s'attaquer aux défis de la sécularisation des sociétés occidentales et des persécutions de chrétiens dans le monde.

L'élection du 266e pontife clôt un mois mouvementé, entamé le 11 février avec l'annonce surprise par Benoît XVI de sa démission à l'âge de 85 ans.