La France reprend son aide au Mali

  • 20 février 2013
Routes, eau, électricité, appui à l'Etat...  "Les besoins sont immenses", a dit Pascal Canfin, le ministre français du développement.
Routes, eau, électricité, appui à l'Etat... "Les besoins sont immenses", a dit Pascal Canfin, le ministre français du développement.

L'aide publique de la France au Mali va reprendre, a annoncé le ministre français chargé du développement.

Après une visite dans le centre du pays, le ministre Pascal Canfin, délégué auprès du ministre des Affaires Etrangères pour le développement, s’est entretenu avec les autorités maliennes, à propos de la reprise des aides publiques au Mali.

« Nous reprenons de manière opérationnelle notre aide, c’est pour cela que je suis là, pour identifier la liste des projets que nous allons soutenir financièrement avec les autorités maliennes.

Evidemment les besoins sont immenses » a souligné Pascal Canfin, qui a ajouté que les projets financés ne concerneront pas seulement le Nord du pays, mais également Bamako et d’autres zones.

La France avait d'abord repris sa coopération militaire avec le Mali, avant de lancer l’intervention Serval à la mi-janvier dans le Nord du pays

L’Union Européenne a également décidé de reprendre ses activités qui avaient été suspendues en raison de la crise institutionnelle de l’année 2012.

Il s’agira surtout de projets routiers, d’irrigation et d’accès à l’eau potable.

Richard Zink, chef de délégation de l’UE au Mali, a précisé que la route de Nionno à Tombouctou allait être refaite, pour un coût total de 150 millions d’euros, le plus grand projet routier de l’UE hors du continent européen.

L’UE appuiera aussi financièrement l'Etat malien, dans le Nord du pays, mais aussi sur tout le territoire.

Le décaissement de la première tranche de l’aide au développement pourrait intervenir avant le 31 juin, une date parfois évoquée pour les premières élections post-crise.

Mais déjà la semane dernière, l’Union Européenne débloquait 20 millions d’euros pour le secteur de la sécurité, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

La police et la gendarmerie notamment devraient être bénéficiaires de ces fonds.

L’UE initiera bientôt une série de formations de remise à niveau de l’armée malienne