BBC navigation

Exactions au Mali: l'armée dément

Dernière mise à jour: 24 janvier, 2013 - 03:55 GMT
Des soldats maliens patrouillent à Diabali, le 22 janvier

Des soldats maliens patrouillent à Diabali, le 22 janvier

L'armée malienne ne comprend pas les accusations de la FIDH, la Fédération Internationale des Droits de l'Homme.

L’organisation pointe du doigt les soldats maliens, coupables selon elle d'une série d'exécutions sommaires.

Des événements qui se seraient déroulés dans l'ouest et le centre du Mali, précisément à Mopti, Nioro et d'autres localités situées dans les zones d'affrontements.

Mais pour le colonel Souleymane Maiga, responsable de la DIRPA, la Division des Informations de l'Armée Malienne, ces accusations sont sans fondement.

Les droits de l’homme font partie de la formation dans toutes les écoles militaires, souligne-t-il, joint par la BBC.

« Nous n’avons pas la preuve que ce genre d’activité s’est déroulé dans l’enceinte de nos casernes », indique-t-il.

La FIDH réclame la création immédiate d'une commission d'enquête indépendante sur ces exactions, qui visent principalement la communauté blanche du Mali, selon l’organisation.

Toujours selon la FIDH, ces exactions présumées pourraient entacher la légitimité de l'opération militaire française, qui a débuté depuis le 11 janvier 2013.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.