La Libye ferme ses frontières au sud

  • 17 décembre 2012
L'insécurité grandissante est à l'origine de la fermeture de frontières.
L'insécurité grandissante est à l'origine de la fermeture de frontières.

Le texte rendu public par l'agence de presse libyenne Lana précise que les frontières du pays avec le Soudan, le Tchad, le Niger et l'Algérie sont fermées depuis hier dimanche. La décision a été prise par l'Assemblée nationale, la plus haute instance politique de la Libye. L’assemblée libyenne évoque la détérioration de la sécurité dans le sud du pays, une région décrétée "zone militaire fermée".

Cette annonce intervient après la tournée effectuée la semaine dernière par le Premier ministre libyen Ali Zeidan, dans ces quatre pays voisins.

Avec ses interlocuteurs, Ali Zeidan avait principalement discutée de questions sécuritaires et de la surveillance des frontières communes.

Plus d'un an après leur victoire sur le régime du défunt Colonel Mouammar Kadhafi, les nouvelles autorités peinent à assurer la sécurité sur l'ensemble du pays, notamment dans les régions qui passent pour être des fiefs des partisans de l'ancien dirigeant libyen.

Samedi, une patrouille militaire a été la cible d'une attaque par un groupe armé non identifié dans la ville de Bani Walid, à près de 200 kilomètre au sud-est de Tripoli. Bilan, trois militaires tués et neuf autres blessés.

Pour le pouvoir libyen, la persistance de l'insécurité est imputable à la porosité des 4.000 kilomètres de frontières qu'elle partage avec le Niger, le Mali, le Tchad et le Soudan.

Lors de sa tournée dans ces pays, le Premier ministre libyen a émis l'idée d'un sommet régional à cinq pour s'accorder sur les mesures à prendre dans l'optique d'une meilleure surveillance des frontières.

Les pays voisins n'ont pour l'instant pas officiellement réagi à cette mesure de fermeture des frontières, mais pour les observateurs, Tripoli tente par là, d'accroitre la pression sur ses voisins pour que des actions concrètes, au profit de sa sécurité intérieure, soient rapidement entreprises.