L'ONU contre l'appui extérieur au M23

  • 28 novembre 2012
Une déplacée congolaise.
Les récents affrontements entre le M23 et l'armée congolaise ont fait des milliers de déplacés dans le Nord-Kivu.

Cette résolution, initiée par la France et approuvée à l'unanimité, exige l'arrêt de tout soutien extérieur aux rebelles.

Il n'y est toutefois pas fait mention du Rwanda et de l'Ouganda qui, selon un groupe d'experts de l'ONU, appuient la rébellion.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a noté que les rebelles ne se retiraient pas en nombre de Goma.

Le HCR a cependant noté une faible présence de combattants rebelles dans les rues de cette ville stratégique qu'ils contrôlent depuis le 20 novembre.

Les chefs d'état-major des armées des pays de la région sont attendus à Goma vendredi pour constater le départ effectif des rebelles.

Après avoir longtemps refusé de discuter avec le M23, le président congolais Joseph Kabila a fait volte-face, en se déclarant disposé à "examiner les revendications" des rebelles.

Dans un premier temps, les rebelles exigeaient l'application des accords de 2009, prévoyant notamment leur intégration à l'armée.

Mais ils ont allongé la liste de leurs revendications, allant jusqu'à demander la dissolution pure et simple de la Commission électorale et l'arrestation de ses membres.