BBC navigation

Appel au dialogue du P.M. malien

Dernière mise à jour: 18 novembre, 2012 - 18:25 GMT
Le président Blaise Compaoré

Blaise Compaoré donnant une conférence de presse après des entretiens avec Ansar Dine et le MNLA.

Le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra s'est entretenu dimanche à Ouagadougou avec le médiateur de la CEDEAO, le président Blaise Compaore pour s'enquérir des avancées dans les concertations avec les groupes armés dans le nord du Mali, Ansar Dine et le MNLA.

Cheikh Modibo Diarra dit être venu prendre les conseils et les suggestions du médiateur afin d'arriver le plus rapidement possible au dialogue entre Maliens.

Toutefois il ne s'est pas avancé sur un calendrier et n'a pas dit quand Bamako installerait la structure promise pour le dialogue, alors que parallèlement se prépare une intervention armée sous l'égide de la CEDEAO, pour aider le Mali a rétablir son unité.

"Ce dialogue est absolument inévitable", a affirmé le Premier minisre qui souligne que "les gens qui composent le MNLA ou Ansar Dine sont nos compatriotes" tout en reconnaissant que certains d'entre eux ont des positions que d'aucuns jugent indéfendables.

Il est nécessaire de s'asseoir autour d'une table pour dialoguer, examiner la légitimité ou non de leurs revendications, a estime Cheikh Mobibo Diarra.

"Pour que nous puissions vivre dans une société vraiment équitable et que chaque citoyen quel que soit son origine ethnique puisse avoir les mêmes aspirations, les mêmes droits et les mêmes devoirs, il faut qu'on puisse dialoguer à fond et se comprendre et c'est à ce prix qu'on aura une paix durable", a plaidé le Premier ministre.

A propos des terroristes et des narcotrafiquants, "qui pour la plupart ne sont pas des citoyens maliens", a-t-il indiqué, cette question sera traitée à part de façon appropriée avec l'aide de la communauté internationale.

Ansar Dine, l'un des groupes armés islamistes contrôlant le nord du Mali, et le MNLA, rébellion laïque favorable à l'autodétermination du Nord malien, mais d'où elle a été évincée par les islamistes, négocient actuellement à Ouagadougou avec le médiateur de la CEDEAO dans la crise, le président Compaoré.

Ansar Dine a fait cette semaine des concessions, annonçant notamment renoncer à imposer la charia (la loi islamique) dans tout le pays.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.