Pèlerinage: le Nigeria proteste

  • 26 septembre 2012
Des pèlerins devant la Grande Mosquée de la Mecque en Arabie Saoudite.

Le Nigeria a protesté officiellement contre la détention d’un millier de femmes nigériannes en Arabie Saoudite.

Détenues depuis dimanche, ces femmes s'étaient rendues au pèlerinage de la Mecque.

Les autorités leur reprochent d’être venues sans chaperon masculin (maris, père ou frères).

Une des détenues a déclaré à la BBC qu’elles n’avaient pas reçu de nourriture, et que des centaines d’entre elles devaient partager une toilette.

A leur arrivée à Jeddah, dimanche, ces femmes auraient été séparées des pèlerins mâles et placées en détention par les autorités saoudiennes.

Outre les pèlerins, le Hadj attire chaque année des prostituées nigériannes.

L’ambassadeur du Nigeria en Arabie Saoudite, Abubakar Shehu Bunu, a engagé des pourparlers avec des responsables du ministère saoudien des Affaires étrangères.

Les femmes concernées viennent de quatre états du nord du Nigeria.

La commission nigérianne des affaires islamiques affirme qu’un accord signé en mars dernier entre le Nigeria et l'Arabie Saoudite ne comporte aucune clause rendant nécessaire pour chaque femme pèlerin la présence de Mahram, un gardien.

L'ambassadeur de l'Arabie Saoudite au Nigeria, Khaled Umar Abdurabbu, a estimé que la loi qui empêche une femme d'aller à la Mecque sans être accompagnée d'un proche ne relève pas de son gouvernement, mais de la Charia.

Au Nigeria, les familles des personnes concernées commencent à perdre patience et réclament des comptes au gouvernement. 100.000 Nigérians ont fait le déplacement de la Mecque cette année, selon la commission des affaires islamiques.