Au FMI, Lagarde dans l’ombre du scandale

  • 27 août 2014
Christine Lagarde a pris la tête du FMI en juillet 2011, remplaçant à ce poste son compatriote Dominique Strauss-Kahn.
Christine Lagarde a pris la tête du FMI en juillet 2011, remplaçant à ce poste son compatriote Dominique Strauss-Kahn.

La directrice du Fonds monétaire international (FMI) la française Christine Lagarde confirme avoir été mise en examen dans son pays, mais ne laisse rien transparaitre sur une démission éventuelle.

La justice française s'intéresse à Lagarde pour une affaire de "négligence" dans le cadre de laquelle elle avait déjà été entendue plusieurs fois.

Il lui est reproché son rôle dans un scandale financier de 527 millions de dollars, versés en 2008 à l'homme d'affaires français Bernard Tapie.

Christine Lagarde, 58 ans, a servi comme Ministre des Finances sous l'ancien Président Nicolas Sarkozy, et les faits dont elle est soupçonnée remontent à la période où elle était aux affaires.

Bernard Tapie est connu pour avoir financièrement soutenu la campagne de Sarkozy en 2007.

Il avait été auparavant actionnaire majoritaire de l'équipementier sportif Adidas, mais il a vendu ses parts de la société en 1993 afin de pouvoir participer au gouvernement de Francois Mitterrand.

Par la suite, il a purgé huit mois de prison pour son rôle dans un scandale de trucage de match.

Bernard Tapie avait lancé une action en justice contre le Crédit Lyonnais pour sa gestion de la vente de 1993.

Dans sa plainte, il soutenait que la banque, partiellement propriété de l'Etat, l'avait lésé à travers une manœuvre de sous-évaluation de la compagnie.

Parce que l'affaire a longtemps trainé, elle a fini par échoir à Christine Lagarde, en sa qualité de Ministre des Finances.

Elle l'avait alors référée à un panel d'arbitrage de trois membres dont la mission était des dommages et intérêts à verser au plaignant.

Les enquêteurs français soupçonnent que Bernard Tapie a bénéficié d'une faveur pour laquelle il s'était engagé à financer en retour la campagne de Nicolas Sarkozy.

Christine Lagarde a pris la tête du FMI en juillet 2011, remplaçant à ce poste son compatriote Dominique Strauss-Kahn.

L'année dernière, elle a déclaré que sa décision de référer l'affaire du litige au panel était "la meilleure décision à l'époque."

La mise en examen formelle de Lagarde ne signifie pas nécessairement qu'elle sera jugée.

En revanche, c’est un rebondissement qui risque de jeter un ombrage sur le reste de son mandat au FMI, un mandat qui devrait s'achever en 2016.

Lire plus