France: un Rom entre la vie et la mort

  • 17 juin 2014
Le camp abandonné où vivait le jeune garçon agressé vendredi (photographie de la journaliste Natalia Gallois)

Le président français François Hollande a condamné le lynchage d'un adolescent Rom laissé pour mort en banlieue parisienne.

Le jeune garçon de 16 ans a été lynché vendredi par une douzaine de personnes qui le soupçonnaient d'être responsable d'un cambriolage.

Retrouvé inconscient dans un chariot de supermarché abandonné, la victime se trouve dans un état critique.

Les quelque 200 personnes habitant le camp où résidait le jeune homme ont fui la zone le même soir, selon le quotidien français Le Parisien.

"Innommables et injustifiables"

Pour Hollande, « Ces actes sont innommables et injustifiables.

Ils heurtent tous les principes sur lesquels notre République est fondée », a ajouté le président français, qui a demandé à ce que le maximum soit fait pour retrouver les bourreaux du jeune garçon.

De son côté, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a demandé la mobilisation de la police judicaire dans l'enquête sur cette affaire.

La présence en France de milliers de Roms originaires de l'est de l'Europe est un point de contentieux entre les différentes forces politiques, en particulier depuis que l'ancien président Nicolas Sarkozy a appelé à la fermeture des camps illégaux.

Depuis leur arrivé au pouvoir en 2012, les socialistes ont accéléré les démantèlements des camps, et la France a continué d'expulser des milliers de résidents étrangers de camps chaque année, principalement vers la Roumanie.

Les organisations de défense des droits humains ont mis en garde contre une augmentation des violences à l'encontre des Roms en France, où ils sont régulièrement accusés de divers maux.

Roué de coups

L'adolescent, qui était connu pour des vols et avait été entendu par la police à plusieurs reprises, se prénomme Darius, selon le quotidien Le Monde.

Il vivait avec sa famille dans un camp de fortune près de la cité des Poètes, un ensemble d'habitat social à Pierrefitte-sur-Seine, en banlieue parisienne.

Accusé de cambriolage, il avait été emmené loin du camp par une bande, probablement des hommes masqués.

Séquestré dans une cave, il avait ensuite été roué de coups.

C'est la mère du jeune homme qui a alerté la police.

Grièvement blessé, l'adolescent a été transporté à l'hôpital Lariboisière à Paris où les médecins ont décidé de le placer dans un coma artificiel.