500 000 personnes fuient Mossoul

  • 11 juin 2014
refugies
Les déplacés de Mossoul se dirigent vers trois villes de la région du Kurdistan.

500.000 personnes ont été forcées de fuir Mossoul, en Irak, après que des militants islamistes en aient pris le contrôle, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Des centaines de djihadistes du groupe de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont envahi la ville et une grande partie de la province de Ninive. L’EIIL aurait aussi pris Baiji, ville abritant la plus grande raffinerie de pétrole irakienne

Le Premier Ministre Nouri Maliki a demandé au Parlement de déclarer l'état d'urgence. Selon les États-Unis, l’EIIL forme une menace pour l'ensemble de la région. L’EIIL, lié à al-Qaïda, contrôle désormais une partie considérable de l'est de la Syrie, de l'Irak de l'Ouest et de l’Irak central.

"Situation chaotique"

Selon les habitants de Mossoul, deuxième ville d'Irak, des drapeaux djihadistes ont été hissés sur les bâtiments, et les militants ont annoncé avec des haut-parleurs qu'ils étaient venus "libérer" la ville. "La situation est chaotique et il n'y a personne pour nous aider", a déclaré un employé du gouvernement Umm Karam. "Nous avons peur."

De nombreux postes de police auraient été brulés et des centaines de détenus libérés. "Les forces de l'armée ont jeté leurs armes, ont changé leurs vêtements, ont abandonné leurs véhicules et ont quitté la ville," a déclaré Mahmoud Nouri, un habitant fuyant Mossoul, à l’AFP. En effet, les forces de sécurité irakiennes n’auraient pas les moyens de se battre contre les militants de l’EIIL.

En route pour le Kurdistan

Les déplacés de Mossoul se dirigent vers trois villes de la région du Kurdistan, où les autorités ont mis en place des camps temporaires. Le Premier ministre du Kurdistan, Nechirvan Barzani, a demandé l'aide du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

refugies
M. Maliki a assuré pouvoir reprendre Mossoul "en vingt-quatre heures".

Dans une annonce télévisée, le Premier ministre irakien M. Maliki a déclaré que les forces de sécurité avaient été placées en état d’"alerte maximale". Il a également assuré pouvoir reprendre Mossoul "en vingt-quatre heures". En attendant, il a redéployé l'armée, concentrant l'essentiel des forces dans et autour de la capitale, Bagdad.

L’EIIL a acquéri un pouvoir considérable cette année. Des parties de Ramadi, la capitale de la province d'Anbar, et une grande partie de la ville voisine de Falloujah sont sous son contrôle depuis décembre. L’EIIL a également officieusement contrôlé une grande partie de la province de Ninive pendant des mois, et la semaine dernière a attaqué d'autres régions de l'Irak ouest et nord, tuant des dizaines de personnes.