L'Eglise debout contre les abus sexuels

  • 3 mai 2014
Des membres du conseil chargé d'affiner les sanctions de l'Eglise contre les abus sexuels
Des membres du conseil chargé d'élaborer les sanctions de l'Eglise contre les abus sexuels

Un conseil créé par le Vatican propose de considérer les autorités de l'Eglise comme coupables de ne pas signaler les abus sexuels présumés.

La proposition considère aussi comme une faute le fait, pour les évêques et les autres autorités de l’Eglise, de ne pas protéger les enfants contre les prêtres pédophiles.

Après sa première réunion, le conseil consultatif estime que les lois actuelles de l'Église ne sont pas adaptées au contexte actuel et qu'il faudra élaborer "des protocoles clairs et efficaces", dans ce domaine.

Il comprend une femme, Marie Collins, qui a été maltraitée durant son enfance par un prêtre. Mais les autorités de son église lui avaient demandé de ne rien révéler.

Le Vatican a été accusé à plusieurs reprises de garder le silence sur les scandales d'abus sexuels, depuis de nombreuses années.

"Assurer que les coupables répondent de leur crimes est spécialement important, y compris en développant des moyens permettant des protocoles et des procédures transparents et effectifs", soutiennent les huit experts membres du conseil.

En raison de la variété des situations, le conseil sera élargi à des personnes de diverses zones géographiques et de plusieurs secteurs d'expertise.

Ses membres se sont réunis au Vatican, de jeudi à samedi.