Ukraine : le G8 sanctionne Moscou

  • 25 mars 2014
Les dirigeants du G8 mécontents de Moscou ont annulé la réunion de Juin à Sotchi en Russie.

Les dirigeants des 7 pays les plus riches du monde ont décidé de mettre à exécution leurs menaces contre la Russie suite à son intervention dans les affaires ukrainiennes.

Ces dirigeants en conclave à la Haye aux Pays-Bas ont décidé à l’unanimité de soutenir l’Ukraine et ses populations.

Le président américain Barak Obama qui s’est déplacé en Europe pour rencontrer ses homologues de France, d’Allemagne, du Canada, du Japon, du Royaume Uni et de l’Italie s’est déclaré satisfait des décisions prises d’un commun accord par les pays réduits en G7.

Même si l’exclusion de la Russie n’a pas été clairement formulée, les chefs d’Etats des pays les plus puissants du monde s’exprimaient déjà dans le cadre d’un G7, en lieu et place du G8 dont la Russie était membre.

Barak Obama et ses alliés ont également décidé de boycotter la réunion du G8 prévue en juin prochain à Sotchi, en Russie.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré qu'il ne considérait pas ce changement, en réaction à l'annexion de la Crimée par Moscou, comme «une catastrophe majeure».

Dans le communiqué publié après une réunion de crise sur le rattachement de la Crimée à la Russie, les dirigeants du G7 ont également mis Vladimir Poutine en garde contre des sanctions sectorielles coordonnées qui auront des conséquences de plus en plus importantes sur l'économie russe si Moscou continue d’entretenir l’escalade des tensions en Ukraine.

Les observateurs signalent que le boycott de la réunion de juin prochain intervient quelques heures seulement après l’annexion par des pro-russes d’une base militaire appartenant à l’Ukraine.

Le ministre russe de la Défense s’est justement rendu en Crimée pour, dit-on, inspecter les installations militaires existantes.

Cette autorité devient ainsi le premier haut responsable russe à se rendre dans cette localité désormais sous la coupole de la Russie.

Le président intérimaire de l'Ukraine a décidé de retirer ses troupes de la Crimée et de les redéployer en Ukraine continentale.