La Crimée officiellement Russe

  • 21 mars 2014
La Russie n'a pas annoncé de mesures de rétorsion après les sanctions européennes alors qu'elle avait opéré des représailles après les sanctions américaines

Le président russe Vladimir Poutine a signé la loi officialisant la prise de contrôle de la Russie sur l’Ukraine.

Par ailleurs, l’Ukraine s’est éloignée un peu plus de la Russie vendredi au profit de l’UE en signant un accord d’association.

La nouvelle vague de sanctions de l’Union Européenne et des Etats-Unis n’a pas affaibli l’intention de la Russie de poursuivre le rattachement de la péninsule.

L’UE a mis en place des sanctions sur 12 nouvelles personnes à cause de leur implication dans l’annexion de la Crimée.

Déjà 21 personnes avaient été visées par des interdictions de voyager et un gel des avoirs.

Parmi les nouveaux sanctionnés, il y a des hauts responsables russes tels que le vice premier ministre Dmitry Rogozin ainsi que deux proches conseillers de Vladimir Poutine, Sergey Glazyev et Vladislav Surkov.

Les présidents des chambres haute et basse du parlement russes sont également visés.

Tous les deux étaient présents lorsque M. Poutine a paraphé le rattachement de la Crimée.

Bien que ces sanctions ciblent des personnes proches du président, elles ne sont pas aussi fortes que les sanctions prises par les Etats-Unis.

Celles-ci visaient notamment Sergueï Ivanov le chef de cabinet de Vladimir Poutine.

La bourse a nettement reculé à Moscou vendredi alors que les investisseurs estimaient l’impact des sanctions de l’Occident sur l’économie russe.

Deux agences de notation ont abaissé d’un cran la note de la Russie de stable à négative.

Visa et Mastercard ont également cessé des services de paiement aux clients de la Rossiya bank et de la SMP bank.

L’accord signé vendredi entre l’UE et l’Ukraine aujourd’hui porte sur le volet politique de l’accord d’association qui avait été rejeté en novembre par l’ex président Viktor Ianoukovitch.

Cette décision avait déclenché une violente contestation et conduit au renversement de M. Ianoukovitch.

Par ailleurs, le patron de la compagnie énergétique publique Naftogaz Evguen Bakouline a été placé en détention par la police ukrainienne pour corruption.

Il est accusé d’avoir détourné 4 milliards de dollars alors que M. Ianoukovitch était au pouvoir.