BBC navigation

Kiev ne reconnaitra pas le référendum

Dernière mise à jour: 7 mars, 2014 - 16:10 GMT

Le référendum est organisé avec l'appui du Parlement russe.

Le Premier ministre par intérim ukrainien a déclaré au Parlement de Crimée qu'aucune « personne dans le monde civilisé » n’allait reconnaître le référendum sur l’adhésion à la Russie, prévu pour le 16 mars.

Arseniy Yatsenyuk et d’autres membres du gouvernement de Kiev ont qualifié le futur vote d’ « inconstitutionnel » et d’ « illégitime ».

Mais le référendum est organisé avec l’appui du Parlement russe.

Russie: un soutien "sans poser de questions"

Pour le président de la Chambre haute russe, si le peuple de Crimée vote en faveur d’un rattachement à la Russie, le Parlement russe soutiendra cette décision « sans poser de questions ».

La décision des députés de Crimée de chercher à rejoindre la Fédération russe intervient alors que les tensions sont à leur comble au niveau de la communauté internationale, qui condamne la présence de troupes pro-russes dans la péninsule située au sud de l’Ukraine.

Moscou a affirmé rejeter “le discours des sanctions et des menaces”, après l’annonce par l’Union européenne et les Etats-Unis de mesures punitives contre la Russie jeudi.

Par ailleurs, l’équipe paralympique ukrainienne a confirmé sa participation aux Jeux Paralympiques d’hiver de Sochi, qui débutent vendredi.

C’est le chef de l’équipe, Valeriy Sushkevych, qui a annoncé cette participation, tout en mettant en garde : « Si un fait majeur se produit, l’Ukraine quittera les jeux automatiquement », a-t-elle fait savoir.

Menaces sur l'énergie

Le géant de l’énergie russe Gazprom a quant à lui menacé le gouvernement de Kiev de mettre fin aux exportations de gaz si le pays ne réglait pas sa dette.

En 2009, Gazprom avait suspendu ses exportations vers l’Ukraine, provoquant des pénuries dans toute l’Europe.

Le Premier ministre ukrainien Yatsenyuk a déclaré vendredi que l’Ukraine était ouverte aux discussions avec la Russie à condition que les troupes russes se retirent de son pays.

Dans un message aux « séparatistes et autres traitres de l’Etat ukrainien », il a affirmé que « tout vote serait illégal et inconstitutionnel et que le monde civilisé ne reconnaitrait pas la décision d’un prétendu référendum décidé par de prétendues autorités de Crimée. »

Kiev ne reconnait pas les autorités pro-russes en Crimée, qui ont prêté serment lors d’une session extraordinaire au moment même où les forces pro-russes se déployaient autour de sites stratégiques dans la région.

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.