BBC navigation

Syrie: coincés par peur d’être arrêtés

Dernière mise à jour: 12 février, 2014 - 18:59 GMT

Des dizaines de civils dans une opération d'évacuation dans la ville syrienne de Homs.

217 personnes ont pu être évacuées de Homs mercredi mais certains militants anti-régimes bloqués dans la ville rebelle ont affirmé qu’ils craignaient de se faire arrêter s'ils quittaient leurs quartiers.

Beaucoup de civils restent bloqués dans le réduit rebelle de Homs parce qu’ils craignent de se faire arrêter s’ils quittent leurs quartiers.

Des centaines d'hommes évacués ces derniers jours auraient fini dans les filets du régime.

En effet, l'accord passé entre les rebelles et le régime autorise l'évacuation sans faire mention du sort réservé aux hommes en âge de porter les armes.

Ainsi, 336 hommes de 15 à 55 ans ont été arrêtés à leur sortie par les autorités pour interrogatoire, selon le HCR, le Haut-commissariat de l'ONU aux réfugiés.

Plus d’une centaine de ces suspects ont été ensuite libérés mais ils pourraient à nouveau être arrêtés.

Le gouverneur de Homs Talal Barazi annonce 111 personnes libérées précédemment et 217 civils évacués mercredi.

Ces chiffres se sont avérés insuffisants pour convaincre les plus sceptiques qui ont déclaré qu’ils préfèraient rester à l'intérieur du quartier assiégé et manger de l'herbe plutôt que de se rendre.

Environ 3.000 personnes restent bloquées dans la vieille ville assiégée de Homs, réduites depuis des mois à manger des olives et de l'herbe parce que l'encerclement est total.

Les violences ne connaissent cependant aucun répit en Syrie et depuis le lancement le 22 janvier des négociations entre régime et opposition, le nombre de morts n'a jamais été aussi élevé en trois ans de révolte, selon des ONG syriennes.

Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), 310 rations et 1,5 tonnes de blé ont déjà été distribuées mais il en faut davantage pour répondre à la crise alimentaire qui s'est emparée des zones rebelles.

Certains enfants voient une banane pour la première fois selon les moniteurs du croissant rouge syrien qui évoquent la nécessité du soutien psychologique et moral.

Le ravitaillement avait été suspendu mardi en raison de problèmes "logistiques".

Selon le fonds de l'ONU pour l'enfance, l'Unicef, plus de 1.000 enfants étaient coincés à Homs avant le début de l'opération humanitaire.

Une opération dans la vieille ville jusque là considérés par les agents humanitaires comme la seule note relativement positive dans les développements en Syrie où les violences ont fait plus de 136.000 morts depuis mars 2011.

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.