Thaïlande : Shinawatra encore contestée

Manif hostile au gouvernement, dans l'un des plus grands quartiers d'affaires de Bangkok, le 20 décembre 2013
Manif hostile au gouvernement, dans l'un des plus grands quartiers d'affaires de Bangkok, le 20 décembre 2013

Des milliers d’opposants ont encore protesté dimanche à Bangkok pour amener le Premier ministre Yingluck Shinawatra à quitter le pouvoir avant l’élection de février.

Shinawatra a décidé d’anticiper les élections pour les tenir le 2 février, afin d’atténuer la tension.

L’opposition a promis de boycotter cette élection.

Elle déclare vouloir empêcher le Premier ministre de renouveler son mandat et de perpétuer l’influence de son frère Thaksin vivant en exil volontaire.

"Je déteste Yingluck"

L’opposition thaïlandaise proteste depuis novembre contre le gouvernement de Yingluck Shinawatra, qui est accusée de diriger la Thaïlande suivant les ordres de son frère Thaksin, ancien Premier ministre du pays, exilé depuis son éviction du pouvoir en 2006.

"Je déteste Yingluck et souhaite me débarrasser d’elle, parce qu’elle travaille pour son frère, pas pour le peuple thaïlandais", a dit à Reuters l’un des manifestants, Chaloey Thanapaisan, 75 ans.

"Le gouvernement est prêt à dissoudre le Parlement si la majorité le veut", a récemment déclaré Yingluck Shinawatra.

"Si les manifestants ou un important parti politique n'accepte pas cela ou n'accepte pas les résultats des élections, cela ne fera que prolonger le conflit", a-t-elle averti.