L'OIAC reçoit le Nobel de la paix

  • 11 octobre 2013
Ahmet Uzumcu, directeur général de l'OIAC
Ahmet Uzumcu, directeur général de l'OIAC

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a reçu le Nobel de la paix pour ses efforts visant à débarrasser la planète des armes de destruction massive.

L'OIAC a été chargée par l'ONU, de superviser le démantèlement de l'arsenal chimique du régime syrien de Bachar al-Assad.

"Les événements en Syrie, où des armes chimiques ont été utilisées, soulignent le besoin d'accroître les efforts pour se débarrasser de telles armes", a déclaré le président du comité, Thorbjoern Jagland.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon souligne que cette récompense arrive presque 100 ans après la première attaque à l'arme chimique, et 50 jours leur utilisation révoltante en Syrie.

Le président français François Hollande a affirmé que ce prix "vient donner une consécration" à l'action effectuée par la communauté internationale "depuis plusieurs semaines pour dénoncer l'utilisation des armes chimiques et les éliminer dans un proche avenir".

"Je sais que le prix Nobel de la paix nous aidera dans les mois qui viennent à promouvoir l'universalité de la Convention", a réagi le directeur général de l'OIAC, Ahmet Uzumcu

Ce prix Nobel a été une surprise, beaucoup attendaient plutôt la jeune pakistanaise Malala, ou le docteur Denis Mukwege, qui soigne les femmes victimes de viol dans l'est de la République démocratique du Congo.