Les preuves de Damas contre la rébellion

La Russie a toujours maintenu que la rébellion n'était pas exempte de reproches

La Syrie a remis à la Russie "des preuves matérielles" accablant les rebelles syriens pour l'usage des armes chimiques lors de l'attaque du 21 août dernier.

C'est le vice-ministre russe des affaires étrangères Sergei Ryabkov qui a porté l'information au public.

Il a aussi indiqué que le récent rapport de l'Onu sur l'usage des armes chimiques a été biaisé pour des raisons politiques.

Le diplomate fait valoir que les inspecteurs ont seulement enquêté sur l'attaque de Ghouta, à l'exclusion de trois précédents incidents.

L'équipe des experts onusiens a conclu dans son rapport que le gaz sarin, réputé neurotoxique, a été utilisé lors de cette attaque à Ghouta.

Le rapport n'a pas attribué de responsabilité, mais les pays occidentaux se disent convaincus que les forces syriennes sont celles qui ont effectué les frappes.

Damas, soutenu en cela par la Russie, tient les forces de l'opposition pour responsables.

Par ailleurs, le chef des inspecteurs en armement de l'Onu, Aake Sellstrom, a déclaré à la BBC qu'il sera difficile de localiser et détruire les armes chimiques de la Syrie.

Il se dit en revanche que ce n'est pas une chose impossible.

"Bien entendu, ce sera un travail stressant," a déclaré l'expert qui souligne que tout dépendra de la volonté du gouvernement et de l'opposition de négocier.