Iran: deux candidats invalidés

  • 22 mai 2013
Esfandiar Rahim Mashaïe (à gauche), est le protégé de Mahmoud Ahmadinejad (à droite).

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a vivement contesté l’exclusion de son dauphin politique, Esfandiar Rahim Mashaïe, de la course à la présidentielle, et a annoncé sa décision de faire appel.

Mardi, le Conseil des gardiens de la constitution, chargé de valider les candidatures, avait rejeté celles d’Esfandiar Rahim Mashaïe et de l’ex-président modéré Akbar Hachémi Rafsandjani, ouvrant la voie aux fidèles du régime.

Mahmoud Ahmadinejad a affirmé mercredi qu'il en appellerait au guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, pour repêcher Esfandiar Rahim Mashaïe, un de ses plus proches collaborateurs.

Seul l'ayatollah Ali Khamenei peut demander au Conseil des gardiens de la Constitution de réexaminer un dossier.

Selon les observateurs, cette requête de Mahmoud Ahmadinejad a peu de chance d’aboutir.

Le président, qui ne peut pas briguer un troisième mandat successif, n'ira toutefois pas jusqu'à la confrontation.

Il a demandé à ses partisans d'être "patients".

Les “Sages” du Conseil des gardiens de la constitution, un organe loyal à l'ayatollah Ali Khamenei, ont autorisé 8 personnalités, dont cinq conservateurs, à participer à la présidentielle.

Parmi les conservateurs, Saïd Jalili, le négociateur en chef du dossier nucléaire iranien, est désormais donné comme favori.

L'élection présidentielle en Iran se déroulera le 14 juin.