BBC navigation

USA: l'emploi s'invite dans la campagne

Dernière mise à jour: 2 novembre, 2012 - 17:22 GMT
Obama/Romney

La moyenne des sondages de cette semaine accorde un peu plus d’intentions de vote à M. Obama.

A Washington, le ministère américain du Travail a publié ce matin les derniers chiffres du chômage avant le scrutin présidentiel prévu mardi.

Un scrutin que les électeurs abordent en étant d’abord préoccupés par la crise économique et sociale.

Selon le ministere américain du Travail, l’economie américaine a crée 171.000 emplois au mois d’octobre, la plupart dans les services, la santé, le commerce de détail et la construction.

Mais en même temps, la liste des inscrits au chômage s’est allongée de 170.000 personnes, surtout des chômeurs de longue durée qui avaient abandonné leur recherche d’emploi et qui viennent de la reprendre.

Aux Etats-Unis, en effet, il faut que le chômeur soit actif dans sa recherche d’emploi pour être compté en tant que tel.

Au bout du compte, le ministère du Travail indique que le taux de chômage a très légèrement augmenté par rapport à Septembre, pour s’àtablir à 7,9%.

Barack Obama peut donc déclarer, comme il le fait, que « des progrès réels » ont eu lieu sous sa présidence, puisque le chômage est en baisse régulière depuis plusieurs mois.

Mais Mitt Romney peut aussi déclarer, comme il le fait, que « le chômage est plus élevé que quand le président Obama a commencé son mandat » et que « l’économie américaine est virtuellement au point mort ».

Le taux de chômage était en effet de 7,6% en janvier 2009 et la plupart des économistes avertissent que des créations d’emploi mensuelles inférieures à 250.000 sont insuffisantes pour relancer l’économie.

À quatre jours du scrutin présidentiel, il n’y a pas que l’économie américaine qui semble au point mort. La course à la Maison Blanche semble l’être aussi.

La légère dynamique qui avait propulsé Mitt Romney dans les sondages d’opinion à la faveur de sa bonne prestation lors du premier débat télévisé s’est en effet s’effritée.

Cette érosion est visible auprès des électeurs indépendants, ceux qui ne se reconnaissent ni dans le parti démocrate, ni dans le parti républicain et qui forment le gros des indécis.

M. Romney a toujours l’avantage chez les indépendants, mais de seulement 7 points au lieu de 12 après le premier débat.

Du coup, la moyenne des sondages nationaux de cette semaine accorde de nouveau un peu plus d’intentions de vote à M. Obama.

Mais les deux hommes restent essentiellement au coude à coude avec un différentiel de seulement 0,3% qui les sépare : 47,5% pour M. Obama contre 47,2% pour M. Romney.

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.