La campagne toujours en veilleuse

  • 31 octobre 2012
Obama
Depuis la Maison Blanche, Obama se concentre sur la coordination de la réponse d'urgence à la catastrophe.

Sandy, la violente tempête, a déraillé la campagne présidentielle pour la troisième journée, et à une semaine du scrutin, les rassemblements politiques sont en veilleuse.

Le président Obama a annulé ses événements de campagne qui étaient au programme pour ce mercredi, obligé qu'il est de rester à Washington pour se concentrer sur la coordination des secours sur la côte-est dévastée par la tempête.

Son rival républicain Mitt Romney a improvisé dans l'Ohio, un Etat crucial, un événement destiné à contribuer au soulagement des sinistrés, mais il devrait rejoindre les podiums de rassemblement dès mercredi.

Les sondages montrent que les candidats sont au coude-à-coude dans les intentions de vote.

Romney bénéficie d'une légère marge dans certains sondages nationaux, mais Obama le dévance légèrement dans certains des Etats déterminants qui décideront de l'issue du vote.

La tempête, pour ainsi dire, a gelé une course qui était surchauffée et qui avait monopolisé les ondes. Elle a réussi à museler les deux rivaux qui se sont efforcés de passer pour plus préoccupés par le sort des sinistrés que par leurs performances dans les sondages.

Des éloges républicaines

Tandis que Barack Obama est absorbé par la coordination des secours d'urgence depuis la Maison Blanche, Mitt Romney lui se retrouve face au défi de faire preuve de leadership sans verser dans une exploitation électoraliste de la catastrophe.

Avec les deux candidats évitant prudemment de faire des gaffes sur Sandy, les commentataires politiques à Washington sont abandonnés sur le carreau, chacun se réduisant à un jeu de dévinette sur les éventuelles implications de Sandy sur la course à la Maison Blanche.

Ce qui est certain, la tempête a compliqué les opérations de vote par anticipation dans les Etats de Virginie et de Floride, et la dépression qu'elle peut induire chez certains électeurs pourrait affecter le taux de participation notamment dans les zones les plus affectées.

Obama se rendra mercredi dans les régions du New Jersey touchées par Sandy; il sera accompagné du gouverneur républicain de l'Etat, Chris Christie.

Le gouverneur Christie a salué la réponse d'Obama à la catastrophe, disant que le président s'est bien illustré dans ces moments difficiles.

'Coeur lourd'

Selon les commentateurs, de telles éloges de la part d'un gouverneur républicain aussi populaire et qui est même perçu comme éventuel candidat pour 2016 en cas de défaite de Romney; de telles éloges constituent une publicité positive pour le camp Obama.

Obama prévoit des rassemblements jeudi dans le Nevada, e Colorado et l'Ohio.

Mitt Romney
Mitt Romney n'a pas battu en retraite, mais dans l'Ohio il s'est abstenu de parler politique, ne pouvant échapper à l'emprise de Sandy.

Quant à Mitt Romney, il prendra le chemin de la Floride et là, il tiendra au moins trois rassemblements, déterminé qu'il est de mettre le paquet dans un Etat "swing".

Hier l'ancien gouverneur du Massachusetts a fait une apparition à Kettering dans l'Ohio, mais il a été obligé de transformer la nature du rassemblement présenté comme un événement destiné à sensibiliser sur le calvaire des sinistrés de Sandy.

Lors de ce rassemblement, un film biographique de Romney a été projeté et un chanteur de musique Country programmé pour jouer s'est produit comme prévu.

Mais Romney n'a fait aucune mention de son rival démocrate qu'il a l'ambition de chasser de la Maison Blanche.

"Nous avons le coeur lourd ce matin, sachant les souffrances endurées dans une bonne partie de notre pays," a déclaré Mitt Romney devant plusieurs centaines de personnes, dont la plupart est venue chargée de sacs de vivres en cannette et d'autres articles qui seront acheminés sur la côte-est.

Le candidat républicain a fait face à des questions de journalistes sur une proposition qu'il a faite en début d'année, à savoir décentraliser le financement de l'Agence fédérale de gestion des urgences au profit des Etats et du secteur privé.

Romney a décliné de répondre à ces questions, plus spécifiquement celle de savoir s'il dépouillerait l'agence gérant en ce moment la crise provoquée par Sandy.

Mais une porte-parole de Romney, Amanda Henneberg, a déclaré : "Un gouvernement Romney-Ryan s'assurera toujours qu'il y aura des fonds pour gérer les catastrophes chaque fois qu'il y a besoin."