L’OTAN limite ses opérations afghanes

  • 18 septembre 2012
Des soldats américains dans la province de Kandahar le 15 semptembre 2012.

L’OTAN restreint les patrouilles qu’elle menait jusqu’alors conjointement avec les forces afghanes.

Désormais, seules les opérations de grande échelle, impliquant plusieurs centaines de troupes, pourront être conduites avec des militaires afghans.

Cette décision survient après une “attaque de l’intérieur” survenue samedi dans la province de Helmand dans le sud du pays.

Un membre présumé de la police locale afghane a retourné son arme contre des soldats de la force de l’OTAN en Afghanistan (Isaf).

Deux soldats étrangers, dont la nationalité n’a pas été divulguée, ont été tués, ainsi que l’auteur de l’attaque abattu sur le coup.

Ces “attaques de l’intérieur”, se multiplient, portant le nombre de soldats de la force internationale, tués par leur compagnons d’armes Afghans, à 51 cette année.

Ces attaques portent un coup au moral des troupes étrangères, quelques 113.000 soldats, qui doivent quitter l’Afghanistan d’ici la fin 2014.

Depuis début septembre l’Isaf, en charge de former la police et les militaires afghans, a suspendu ses entraînements militaires.

La formation et l’autonomisation des forces afghanes sont indispensables pour la transition pacifique prévue par l’OTAN.

Les procédures de recrutement de la police et des militaires afghans restent floues et ouvrent la voie aux infiltrés rebelles.

Selon l’Isaf, seul un quart des “attaques intérieurs” auraient été menées par des infiltrés talibans, les autres étant liées à des disputes et des incompréhensions culturelles.

La région de Helmand, l’un des plus gros foyers des talibans, est le théâtre des insurrections contre les forces internationales.

Dimanche, une dizaine de talibans ont pris d’assaut une base militaire de l’OTAN, le camp Bastion où le prince Harry est déployé, infligeant de lourds dégâts matériels.