BBC navigation

Panasonic ferme des usines en Chine

Dernière mise à jour: 17 septembre, 2012 - 12:09 GMT

Des manifestants anti-japonais à Pékin devant l'ambassade du Japon le 17 septembre 2012.

Plusieurs sociétés japonaises ont suspendu une partie de leurs activités en Chine après les manifestations anti-japonaises provoquées par la nationalisation par Tokyo d’un archipel revendiqué par les deux pays.

Panasonic a fermé son usine de Qingdao au moins jusqu’au 18 septembre, après que deux de ses usines ont été attaquées par des manifestants.

Le groupe Canon a également interrompu le travail dans 3 de ses 4 principales usines en Chine, par mesure de sécurité pour son personnel.

Les attaques et les manifestations ont affecté d’autres sociétés, dont le constructeur automobile Toyota.

La Chine est le premier partenaire commercial du Japon. La presse d'Etat chinoise a brandi lundi la menace de sanctions commerciales contre le Japon, en rétorsion à l'achat par Tokyo à son propriétaire japonais privé de l'archipel disputé en mer de Chine orientale.

Les îles, appelées Senkaku par le Japon et Diaoyu par la Chine, sont inhabitées mais riches en ressources.

Ces îles avaient déjà entraîné une sérieuse crise diplomatique entre les deux pays en 2010.

Des manifestants en Chine ont brûlé des drapeaux japonais, et pris pour cible des voitures japonaises.

Selon certains analystes, des firmes nippones pourraient être tentées de revoir leurs investissements en Chine.

Washington appelle au calme

Le secrétaire américain à la Defense, Leon Panetta, en voyage au Japon, a appelé lundi à une résolution diplomatique de la dispute entre Pékin et Tokyo.

Il a appelé toutes les parties “au calme et à la retenue”.

"Il est dans l'intérêt de tous que le Japon et la Chine maintiennent de bonnes relations et qu'un moyen soit trouvé pour éviter une intensification" des tensions, a ajouté le chef du Pentagone.

Washington et Tokyo ont annoncé la mise en place d’un second système de défense antimissile au Japon.

Selon Leon Panetta, ce système de radar devra contrer toute menace provenant de la Corée du Nord. Néanmoins, cette annonce pourrait irriter la Chine, selon les observateurs.

Leon Panetta va rencontrer le vice-président chinois Xi Jinping, appelé selon toute vraisemblance à devenir le numéro un du régime, lors de sa visite en Chine cette semaine.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.