BBC navigation

Sommet des BRICS à New Delhi

Dernière mise à jour: 29 mars, 2012 - 12:38 GMT
Les participants au sommet des BRICS à New Delhi

Le président russe Dimitry Medvedev, le président chinois Hu Jintao, le président sud-africain Jacob Zuma et la présidente du Brésil Dilma Roussef

Les dirigeants des cinq économies les plus importantes, les BRICS comme on les appelle, ont décidé d'étudier la création d'une banque commune d'investissement, qui pourrait rivaliser avec la Banque mondiale.

Lors de leur quatrième sommet à New Delhi, les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du sud, ont convenu de renforcer les liens commerciaux et leur coopération monétaire afin de réduire leur dépendance à l'égard de l'Europe et de l'Amérique du nord.

Ces cinq pays representent 45 pc de la population et environ 25 pc de l'économie mondiales.

Les BRICS, forts de leur poids grandissant dans les échanges mondiaux, entendent bien forcer une réforme de l'ordre économique mondial et faire entendre leurs vues sur les grands dossiers diplomatiques comme la crise syrienne ou le nucléaire iranien.

Tout d'abord les dirigeants des cinq économies émergentes les plus importantes jugent urgent de mettre en oeuvre la réforme des quotas et des droits de vote au sein du Fonds monétaire international.

Les BRICS se sont aussi félicités que des candidats de pays en voie de développement postulent au poste de directeur de la Banque mondiale, généralement réservé à un américain, en vertu d'un accord tacite avec les Européens.

Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de la Chine et de l'Afrique du sud ont par ailleurs accepté d'étudier la proposition de l'Inde, pays hôte, de créer une banque d'investissement Sud-Sud pour financer des projets d'infrastructure et de développement durable.

Par ailleurs les participants à ce quatrième sommet des BRICS, ont critiqué les politiques monétaires des pays développés.

En effet pour sauver les banques et relancer la croissance après la crise financière de 2007-2008, les banques centrales américaine et européennes ont injecté des centaines de milliards de dollars dans l'économie à très faibles taux d'intérêt.

Les BRICS mettent en garde contre un retour de l'inflation.

Ils craignent que ces nouvelles liquidités servent à acheter des actifs dans les pays en développement, avec le risque de créer une bulle financière et d'entraîner une volatilité dans les taux de change.

Les Américains et les Européens sont invités à mettre en oeuvre des réformes structurelles pour relancer la croissance, et par là créer des emplois.

Enfin sur les grands dossiers internationaux les dirigeants des BRICS estiment que seul le dialogue peut résoudre les violences en Syrie et la crise avec l Iran au sujet de son programme nucléaire.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.