BBC navigation

Syrie: nouvel assaut militaire sur Homs

Dernière mise à jour: 6 février, 2012 - 11:58 GMT

La Chine a rejeté les accusations américaines selon lesquelles elle protégait la Syrie.

La ville Homs, haut lieu de la contestation en Syrie est sous le feu de tirs nourris au lendemain de violences danslesquelles près de cent personnes ont trouvé la mort.

Le nouvel assaut des forces syriennes sur la ville coïncide avec la visite à Damas du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, venu discuter des moyens de mettre fin à la crise, même si Moscou a bloqué samedi une résolution du Conseil de sécurité soutenant une solution prônée par la Ligue arabe.

Lundi matin, la ville de Homs dans l'ouest de la Syrie avait été soumise à un violent bombardement.
Selon les militants de l'opposition dans la ville, cette attaque de l'armée syrienne était la plus violente depuis le début du soulèvement contre le gouvernement, il y a bientôt un an.

Le correspondant de la BBC à Homs fait état d'explosions sans discontinuer en début de matinée lundi.

Il s'agirait des tirs concertés de roquettes, selon les habitants.

Mais il est impossible savoir exactement ce qui se passe : les militants de l'opposition dans la ville affirment qu'un hôpital de fortune était visé.

Selon eux, au moins 15 personnes ont trouvé la mort - dont certaines à l'intérieur de l'hôpital.

Une vidéo amateur postée sur internet montre une scène de carnage.

Les opposants affirme que c'est la premiere fois que l'armée recourt à l'artillerie lourde pour pilloner le quartier de Baba Amr, où sont retranchés des militants armés.

Les combattants de la rébellion - baptisée Armée libre de Syrie - ripostent en vain par des tirs de kalachnikov.

Selon la télévision nationale, l'armée traque ceux qu'elle qualifie de "gangs terroristes" dans plusieurs quartiers de Homs.

La ville de Zabadani, contrôlée par les rebelles à l'ouest de Damas, est également encerclée par les chars et soumise au pillonnage de l'armée, selon l'opposition syrienne.

Ces bombardements interviennent alors que les membres de l'ONU sont dans une impasse diplomatique concernant la crise syrienne : la Chine et la Russie ont opposé leur véto à une résolution du Conseil de sécurité condamnant la répression en Syrie.

La Chine fait valoir que le texte n'aurait fait que compliquer la situation, tant que le chef de la diplomatie russe déplore la réaction, je cite "indécente et presque hystérique" de l'Occident après le veto russe et chinois.

Sergueï Lavrov doit se rendre à Damas pour rencontrer le président syrien Bachar al-Assad.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.