BBC navigation

Syrie: deux cents morts à Homs.

Dernière mise à jour: 4 février, 2012 - 12:27 GMT
Un appartement après un bombardement

Un quartier de Homs, l'une des premières villes à se joindre aux manifestations contre le régime d'Assad.

En Syrie, l'opposition affirme que plus de 200 habitants d'Homs ont été tués dans la nuit de samedi par des tirs d'artillerie et de mortiers par l'armée. Si c'est confirmé, ce serait le bilan le plus lourd depuis le début du soulèvement en mars dernier contre le régime du président Bachar el Assad.

Le gouvernement a démenti et accuse l'opposition de faire de la propagande.

Selon l'opposition c'est surtout le quartier de Khalidiya de Homs qui a été soudainement visé en pleine nuit par des tirs nourris d'artillerie et de mortiers.

Des corps étaient encore samedi extraits des décombres d'immeubles qui se sont écroulés.

Sur des videos postées sur la Toile on voit des cadavres au milieu de mares de sang.

On ignore les raisons de cette soudain escalade dans les violences.

Certes des combattants de l'Armée syrienne libre, formée de déserteurs sont retranchés dans plusieurs quarties d'Homs.

D'après les informations qui ont filtré, les tirs provenaient de positions fixes, il ne s'agissait pas d'une opération pour reprendre le contrôle de la ville.

Le Conseil national de la Syrie, qui regroupe plusieurs groupes de l'opposition, parlent de 260 morts et accuse les forces gouvernementales d'avoir tiré au hasard dans des quartiers résidentiels. Un hôpital a été détruit.

Homs a été l'une des premières grandes villes du pays à se joindre au soulèvement contre le régime du président Bachar el Assad.

De nombreux déserteurs y ont trouvé refuge.

Par ailleurs un projet de résolution modifié devait samedi être soumis au Conseil de sécurité des Nations unies.

La Russie l'un des membres permanents qui a donc un droit de veto, a annoncé son intention de proposer des amendements.

Moscou, allié traditionnel de la Syrie ne veut pas que le projet de résolution qui a le soutien de la Ligue arabe, demande le départ du président Assad du pouvoir et qu'il donne l'impression de prendre parti dans que le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov considére comme une guerre civile.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.