BBC Afrique

Accueil > Afrique

La justice fait pirouette à Prétoria

Facebook Twitter
2 Septembre, 2012 - 13:50 GMT
Un mineur en parade lors d'une manifestation dans le cadre de la grève.

La justice en Afrique du sud indique qu'elle va renoncer à l'inculpation pour meurtre des 270 mineurs grévistes de Marikana.

Ces derniers avaient été arrêtés suite à la mort de 34 de leurs camarades tués lors d'une fusillade de la police, le 16 août dernier.

Lors d'une conférence de presse dimanche à Prétoria, un responsable du parquet sud-africain, Nomgcobo Jibo a déclaré que l'inculpation n'était d'ailleurs que provisoire, précisant qu'elle serait suspendue lors de la prochaine comparution des prévenus.

En revanche, Jibo a relevé qu'il s'agit d'un abandon provisoire des chefs d'inculpation.

"La décision et l'annonce des charges finalement retenues contre les personnes impliquées n'auront lieu qu'une fois que toutes les enquêtes auront été bouclées", a-t-il déclaré.

Le parquet fait allusion à l'enquête diligentée par la commission spéciale mise sur pied, suite à la tragédie, par le président Jacob Zuma.

Il faut dire que l'inculpation des 270 mineurs, aux termes d'une loi datant du temps de l'Apartheid a provoqué une controverse en Afrique du Sud, le ministre sud-africain de la Justice Jeff Radebe avait demandé des explications au parquet.

Cependant ce dimanche, le président Jacob Zuma, avait indiqué qu'il refusait de s'immiscer dans les affaires de la justice concernant l'inculpation des mineurs.

Les avocats des accusés exigeaient que leurs clients soient libérés ce dimanche.

Et le président Zuma leur a répliqué qu'il ne lui appartenait pas de répondre à leur exigence.

ACTUALISER

Partager

Facebook Twitter